• Editions d'art FMA

Nouvelle édition originale - Les dormeurs de la forêt

Dernière mise à jour : 10 nov.

Nouvelle édition originale Automne 2022 © Editions d'art FMA.

Le parcours artistique de Sophie Zénon l’a conduite à plusieurs reprises dans des forêts détenant souvent une part de mystère et d’étrangeté. Que ce soit dans L’Homme-Paysage (2015), Pour vivre ici (2017) ou Frondaisons (2019), la silva, lieu du sauvage, transforme qui la traverse. Les dormeurs de la forêt nous invite à pénétrer dans l’univers singulier de l’artiste, tout empreint de merveilleux et d’onirisme. La nature y vibre, palpite, s’ouvrant sur un monde invisible où végétal et animal semblent détenir les clefs d’un secret.


DECOUVREZ LE LIVRE EN VIDEO


L'humus du monde de Paola Pigani.

Poème inspiré de l'oeuvre photographique de Sophie Zénon Les dormeurs de la forêt. "Dans une cellule de la prison de Montluc à Lyon, des mots et des visages d'enfants m'ont interpellée et j'ai ressenti dans cet espace mortifère un appel à l'enfance qui ne pouvait abdiquer. Par la suite, j'ai découvert au mémorial d'Izieu, des portraits au fusain de ces enfants déportés en 1944 (1), réalisés par Winfried Veit. Depuis lors, je ne cesse de sonder les puretés et duretés de cette destinée plurielle et embrasée. La poésie me permet d'en saisir la profondeur et l'effroi; d'atteindre ce creux de l'impensable et de l'indicible.

Les photographies de Sophie Zénon qui par leur puissance d'évocation rendent grâce au vivant et ouvrent notre regard sur un arrière-monde tout bruissant de mystères, m'ont aidée à cheminer vers ces enfants perdus jusqu'à mêler leur mémoire aux mouvements et aux souffles continus de la forêt." Témoignage de Paola Pigani.


(1) 44 enfants et leurs 7 éducateurs de la colonie d'Izieu, raflés et conduits par la Gestapo le 6 avril 1944 à la prison de Montluc à Lyon, puis à Drancy avant de disparaître à Auschwitz.


DECOUVREZ LA LECTURE PAR L'AUTEURE

UN COMPAGNONNAGE A PLUSIEURS MAINS


Poème inédit inspiré des oeuvres photographiques originales de l'artiste, tirées en impression pigmentaire sur papier Bambou 170 g Awagami par l'atelier Boba

Texte composé en Didot romain tiré en encre bleue nuit sur BFK Rives 250 g sur les presses typographiques de l’atelier d’art des Montquartiers. Couverture réalisée selon la technique de la gravure au carborundum de Bernard Alligand. Présentation sous étui bleu nuit de Reliure du Centre.




11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout